Une Directive Cadre Européenne de 2008 définit la prévention comme une priorité dans la gestion des déchets. La prévention touche toutes les étapes en amont de la collecte du déchet. Elle concerne aussi bien des actions sur la conception et la production d’un produit, à destination des entreprises, que sur des actions de consommation ou de détournement en fin de vie, à destination du consommateur.

 
 

Les objectifs du Grenelle de l’environnement

Le constat national de production des déchets est inquiétant car en constante augmentation. Ce volume a doublé depuis 40 ans. La moyenne nationale de production des déchets est de 588kg/hab/an. De ce fait, les lois du Grenelle 1 et 2 ont fixé un objectif de réduction des ordures ménagères et assimilées de manière quantitative : -7% sur 5 ans ; et qualitative : moins de déchets nocifs et polluants.
 

La prévention, une prise de conscience collective

La réduction de la production des déchets n’est pas un acte culpabilisant mais bien une volonté de préserver les ressources naturelles et de diminuer les déchets enfouis ou incinérés. Toutes les 2h30, le poids des déchets produits en France est celui de la Tour Eiffel ! Ces déchets sont le plus souvent enfouis, cette dégradation ne peut continuer. Et pourtant, les actions sont multiples et chacun peut avoir un impact sur sa propre production de déchets : diminuer les emballages, passer au compostage individuel, boire l’eau du robinet, vendre ou donner ses objets inutiles plutôt que les jeter… Alors, agissons ensemble.
 
 

Qui peut agir ? 

 
Dès sa création en 2005, le SMICVAL a intégré la prévention dans ses statuts, comprenant déjà son importance. C’est ainsi que dès l’entrée en application des lois du Grenelle, le syndicat a engagé l’élaboration de son Programme Local de Prévention, il fut signé en Juin 2010 en partenariat avec l’ADEME.